Actualités‎ > ‎

Le CHALA rejoint Apreli@

publié le 21 juin 2010 à 02:33 par yves miezan-ezo   [ mis à jour : 21 juin 2010 à 03:59 ]


Apreli@, Association pour la Promotion des Ressources éducatives libres africaines a pour principal objectif le soutien au développement de REL (Ressources éducatives libres) africaines endogènes de qualité.

L'association privilégie les démarches collaboratives au niveau international et la mise en synergie de réseaux.

Les buts principaux :
  1. Sensibiliser toutes les parties prenantes* à l'importance de la production de REL (Ressources Educatives Libres) africaines et des innovations pédagogiques relatives, en cohérence avec les priorités et enjeux identifiés :
    - formation initiale et continuée des enseignants,
    - renforcement de leurs capacités,
    - réformes éducatives et rapprochement en cours des systèmes éducatifs africains,
    - présence des langues et des cultures africaines afin de contribuer à l'amélioration de l'accès et de la qualité de l'éducation.
  2. Favoriser le développement et la coordination de partenariats et de réseaux réunissant d'autres organisations épousant les mêmes objectifs, et particulièrement la création collaborative de ressources, en s'appuyant sur la recherche transnationale sur les REL.
  3. Créer, en s'appuyant sur le portail aprelia. org, un espace d'information, de dialogue, d'échange, de mutualisation, de soutien et d'entraide, pour faciliter la lisibilité, la cohérence et les synergies des initiatives sur les REL africaines.
  4. Soutenir ou mettre en œuvre des projets pilotes d'utilisation ou de production de REL africaines.
  5. Promouvoir le développement de normes assurant la qualité des REL africaines et la prise en considération des questions de licence et de droits d'auteurs, en lien avec les organismes compétents.
  6. Assurer la durabilité des initiatives autour des REL africaines en mobilisant largement tous les types de financements, et en faisant jouer à plein la solidarité numérique internationale à tous les niveaux.

*enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur, en favorisant les collaborations entre chercheurs, corps d'inspection, formateurs de formateurs, directeurs d'établissements, conseillers pédagogiques, enseignants de terrain, associations d'enseignants et/ou de formateurs, communauté du Libre, société civile, collectivités territoriales, entreprises, gouvernements, organismes internationaux, fondations, ...

Au travers Apreli@ à laquelle le CHALA adhere, un nouveau canal de cohésion, de développement et d'affirmation de la Solidarité Numérique s'ouvre.


La richesse et l'intégrité intellectuelle des membres fondateurs,

- Aïcha Bah Diallo, conseillère spéciale du Directeur Général de l'Unesco, conseillère du 1er Ministre de Guinée et vice-présidente du FAWE, marraine de l'initiative Reli@ (Ressources éducatives libres pour institut-rices/eurs @fricain(e)s), et ancienne Ministre de l'Education de Guinée puis sous directrice générale de l'éducation à l'UNESCO,

- Jean-Pierre Archambault, professeur agrégé de mathématiques, chargé de mission veille technologique au CNDP-CRDP de Paris, où il assure notamment la responsabilité du dossier des logiciels libres, coordonnant le pôle de compétences logiciels libres du SCEREN,

- Geneviève Puiségur-Pouchin, professeur certifié de mathématiques qui a exercé en Côte d'Ivoire de 1977 à 1991, au titre de la Coopération française, et dirige depuis 2007 l'initiative Reli@, Georges Gay, professeur des écoles hors classe et directeur d’école depuis 40 ans,

- Pierre Puiségur, professeur agrégé de mathématiques ayant également exercé en Côte d'Ivoire comme professeur, responsable réseau au lycée Sainte Marie d'Abidjan, et formateur de formateur

- Pascale Luciani-Boyer, Maire-Adjointe déléguée aux Nouvelles Technologies ville de Saint Maur, Vice Présidente de la commission TIC pour l'AMIF, Administrateur de l'Agence Régionale pour les TIC "ARTESI"

sont les pleins témoignages de l'engagement sincère qui les anime.


En rejoignant l'initiative, Yves MIEZAN EZO sera en charge le chapitre de la Solidarité Numérique et les acteurs économiques.
Comments